Welcome to Congo R.D.C.!

     Acceuil
· Acceuil
· Liste des pages
· Téléchargement
· Remarques
· Forums
· Journal
· Messages privées
· Recommander ce site
· Rechercher
· Sections
· Statistiques
· Archive
· Proposer un article
· Sondages
· Top 10
· Sujets actifs
· Liens
· Connexion


     En ligne...
Il y a pour le moment 45 invité(s) et 6 membre(s) en ligne.

Vous êtes un visiteur anonyme. Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en cliquant ici.

     Langues
Selectionnez la langue de l'interface:


 NORD-KIVU:SITUATION DRAMATIQUE A MANGUREDJIPA ET BIAMBWE

Infos Politiques

NORD-KIVU:SITUATION DRAMATIQUE A MANGUREDJIPA ET BIAMBWE

Une situation dramatique a été longtemps entretenue dans la zone Ouest du territoire de Lubero (Nord-Kivu (R.D.Congo). "L'axe routier principal Butembo-Manguredjipa mesure près de 100 Km et se trouve dans un état de délabrement très avancé" des sources locales ont indiquée dans un récent document. "Il n'y a que de rares transporteurs courageux qui osent affronter cette route au sol argileux qui conduit aux anciennes carrières et mines de la MGL (Mines des Grands Lacs) de l'époque coloniale. C'est aussi cette route qui ouvre vers le Parc National de la Maïko, une réserve importante des primates, d'éléphants et surtout de l'Okapi". L'association AAA (Agro-Action-Allemande) a tenté de réhabiliter la route qui est d'une importance capitale parce que la contrée de Manguredjipa fourni énormément de riz, d'huile de palme, de bananes,en plus des cultures d'exportation comme le café et les minerais comme l'or, le coltan et le quartz (exploités artisanalement). "Mais la réhabilitation par AAA ne pouvait aller jusqu'au bout parce que la région est livré à elle-même depuis que des groupes des mai-mai y ont trouvé un terrain favorable pour constituer leurs bases. Cette présence des groupes mai-mai est à la base de l'insécurité permanente qui a élu domicile dans cette zone pourtant d'une importance vitale pour Butembo".
Les habitants de Biambwe et Manguredjipa estiment qu'il y a près de six ans que des mai-mai et autres groupes armés associés ont fait de cette zone leur royaume. Depuis toutes ces années, "cette zone est passée sous le contrôle successif de multiples groupes qui ont géré cette contrée à leur guise. Leur première cible était les fermes et le petit élevage domestique.
Ainsi toutes les fermes se trouvant de ce côté sont vidées de leur population animale. Ensuite ils pouvaient piller les maisons, les centres de santé, les boutiques;tous les passants commerçants ou non sont soumis à des taxes créées au gré des émotions et des caprices des chefs de groupes ou des individus armés ou alors leurs vélos ou motos sont ravis de force pour les courses du commandant.
Le drame actuel commence depuis près d'une année lorsque le commandement militaire au niveau de Beni et Butembo décide de chasser les mai-mai qui cohabitaient déjà avec l'APC, branche armé du RCD/KML, loin de la ville et ses environs. Tous les campements mai mai en ville de Butembo sont détruits ainsi que tous les autres camps aux environs de la ville.
Les mai mai trouvent alors bon de se réfugier dans cette zone de Biambwe
- Manguredjipa qu'ils occupaient déjà et où ils ne peuvent pas être délogés facilement à cause de son enclavement.
Malheureusement, tous ces groupes ne sont pas aussi unifiés. Ils sont très antagonistes entre eux et aujourd'hui on distingue plusieurs groupes antagonistes. Il y a ceux qu'on appelle Bangilima dirigés par le général Katswamba avec comme chef d'Etat Major celui qu'on appelle Colonel KASERO SURAMBAYA. L'autre groupe comprend ceux qu'on appelle les « Kasindiens » qui ont à leur tête une certaine Madame Lolwako qui a comme chef d'Etat Major le dénommé WERASSON.
Ce groupe connaît déjà une dissidence. Le groupe dissident est commandé par « SHANGA », une belle-sour à Madame Lolwako.
Le troisième groupe est celui des Batembo, guerrier venu de la contrée de Oninga vers la Province orientale. On ne peut oublier de mentionner les homme de l'APC, la branche armée du RCD/KML qui a intégré la première les FARDC mais qui s'illustrent par des actes de vandalisme, de tracasseries de toute sorte envers les paisibles citoyens dans la localité de BEM qui constitue la dernière position des FARDC à 22 Km de Butembo. Au-delà de BEM à partir de 33 Km de Butembo c'est le royaume des mai-mai".
Seul le premier groupe, celui des Bangilima du Général Katwsamba a accepté de collaborer au processus d'intégration des mai mai dans l'armée nationale. Les autres groupes refusent formellement d'intégrer le processus de démobilisation et de brassage des troupes.
Le premier groupe a même reçu déjà par deux fois la prime du gouvernement. "Les autres groupes refusent catégoriquement de percevoir cette prime qu'ils considèrent comme une corruption qui cache beaucoup d'agenda, mais selon certaines indiscrétions les chefs récupèrent l'argent en catimini à l'insu des troupes.

Quid, le problème ?

- Depuis des années, les populations de Biambwe et Manguredjipa sont prise en otage par les groupes armées mai mai;
- Cette situation est restée longtemps inconnue par l'opinion tant locale que nationale et internationale;
- Le comportement des groupes armés laisse à désirer: ils n'ont aucun respect pour la vie humaine. La dignité humaine est bafouée dans cette contrée.
- On signale de nombreux cas de pillage, d'incendies des villages, des vols à mains armées et même des pratiques fréquentes d'esclavage et des travaux forcés;
- Des actes criminels dirigés contre les populations civiles sont devenus monnaie courante: le viol des femmes et des jeunes filles est une pratique très courante par les chefs de groupes comme par les troupes, la torture physique et morale et l'intimidation;
- Des attaques courantes dirigées contre les populations civiles;
- Toutes les fractions mai mai et ex APC se livrent à ces actes de violences;
- Les affrontements réguliers entre les groupes antagonistes pour le contrôle de l'une ou l'autre localité ont fait beaucoup de victimes civiles dans la population;
- Il y a eu attaque contre les écoliers et les élèves et des destructions et pillages des écoles et des centres de Santé. Les écoles servent parfois de lieu de campement;
- Le mouvement des populations est actuellement inconnu. La zone est forestière et les chemins sont souvent parsemés de barrières. Prendre la direction de Butembo est un calvaire. C'est pourquoi les informations ont difficiles à nous atteindre. Les populations sont obligées de s'enfoncer dans la forêt où ils sont livrés à toutes les caprices de la nature; il y a une pour les vieillards et les enfants qui sont particulièrement vulnérables en pareils circonstances;
- La région est paludique et on y retrouve également quelques foyers de mouche tsé-tsé. On y signale aussi de nombreux cas de lèpres depuis longtemps;
- Les structures de santé ne fonctionnent plus. Celles qui peuvent fonctionner ne le peuvent pas parce qu'elles ont été pillées, les mai mai s'y font soigner gratuitement ou encore ces centres sont dans l'incapacité de se ravitailler;
- Il y a un hôpital de référence à Manguredjipa et quelques centres de santé gérés par le BDOM. Depuis longtemps, la supervision est impossible;
- Aujourd'hui il est difficile de préciser combien de personnes sont déplacés, où elles sont localisées et quelle est leur situation réelle, les besoins exprimés, .
- Depuis les derniers affrontements il y a une semaine, les quelques rescapés qui ont atteint Butembo signalent de nombreux dégâts matériels et désertions des villages par des populations qui en ont assez;
- Des champs ont été ravagés ainsi que le petit élevage et le pillage des maisons (sont visés, les matelas, les casseroles, les couvertures, la fouille des maisons pour chercher l'argent.);
- Il est encore difficile de faire une descente sur terrain pour vérifier les informations que nous recevons de rares personnes qui arrivent à se frayer une voie de sortie.

Ce qui est déjà fait:

- Les curés des Paroisses de Biambwe et Manguredjipa ont écrit plusieurs messages adressés aux autorités locales, civiles, religieuses, militaires et chefs mai mai pour dénoncer la barbarie à laquelle se livrent les mai mai et la situation dramatique vécue par la population de Biambwe et Manguredjipa;
- La MONUC section de Butembo a déjà effectué une mission à Manguredjipa. Après les affrontements d'il y a plus ou moins une semaine entre le groupe de SURAMBAYA et celui de LOLWAKO, la MONUC a initié des négociations entre les chefs des groupes, lesquels ont abouti à un accord de cessez-le-feu qui semble ne pas être appliqué par les troupes de Lolwako qui pourchassent ceux de SURAMBAYA et ont pillé et saccagé la paroisse de Manguredjipa ce samedi 24 juillet;
- Les déplacés de l'axe Manguredjipa se trouvant en nombre réduit à Butembo ont écrit un mémorandum adressé aux autorités civiles, religieuses, militaires et chefs des mai mai pour déplorer le drame et fustiger la surdité des autorités à leurs différents cris d'alarme. Ce mémo ne porte pas de signatures par peur d'être la cible des complices des mai mai présents à Butembo;
- La Monuc a réuni ce mardi les autorités civiles et militaires et les chefs mai mai se trouvant à Butembo ( ces chefs mai mai disent avoir déjà intégré les FARDC dont ils ont même reçu les grades et les insignes ). Il a été demandé aux chefs mai mai de ramener de l'ordre dans leurs rangs en pesant de leur poids sur leurs troupes et de collaborer afin que leurs groupes bénéficient du programme DDR et du brassage des troupes. Il faut pour cela qu'ils quittent la brousse;
- Les mai mai ont déjà reçu au moins deux fois la prime donnée aux militaires par le gouvernement de transition. Il n'y a pas de raisons pour qu'ils continuent à rançonner et à vivre au dos de la population .

Pour conclure, la situation humanitaire dans la zone Biambwe - Manguredjipa est dramatique. Il est malheureusement difficile d'effectuer une descente sur terrain en vue d'une évaluation des besoins de la population. Il faut au préalable les actions suivantes:
- Restaurer la sécurité dans la zone;
- Vider la zone de tous les groupes qui n'y jouent aucun rôle positif;
- Restaurer l'autorité de l'Etat dans cette zone ( rétablir l'autorité du chef de secteur avec police, chefs des groupements, chefs de cités)
- Procéder à l'intégration des groupes et punir les malfaiteurs criminels.
Ensuite qu'on peut:
- Organiser une évaluation de la situation humanitaire dans la région;
- Procéder à une assistance humanitaire d'urgence qui sera défini selon les résultats de l'évaluation;
- Rouvrir l'axe Butembo - Manguredjipa à la circulation en procédant à la réhabilitation de la route longue de 100 Km et prolonger la route jusqu'à Etaitu (64 Km de Manguredjipa) pour redonner à la zone son importance;
- Assister de manière particulière les écoles et les structures sanitaires.
Ce message constitue une alerte. Vous comprendrez que nous avons des difficultés à vous dire des éléments concrets sur la situation humanitaire.
Cette difficulté nous l'aurons encore tant qu'il ne sera pas possible de faire une descente d'évaluation sur le terrain. Nous sommes toutefois en contact permanent avec les personnes ressources qui peuvent détenir la première information sur la zone, notamment les Prêtres affectés dans les deux paroisses, qui sont aujourd'hui présents à Butembo pour des raisons de leur sécurité personnelle parce qu'ils ont plusieurs fois été l'objet d'attaques ciblées. Il y a aussi quelques déplacés qui nous parviennent ou que nous pouvons rencontrer. Nous suivons donc attentivement la situation et nous avons créé des contacts avec la MONUC au cas où elle peut avoir la possibilité d'avoir plus de renseignements, surtout pour la situation humanitaire.
Aidez-nous à faire pression sur les autorités militaires et les chefs mai mai pour qu'ils prennent la situation avec plus de responsabilté parce que de toutes les façons ils en sont les premiers responsables" conclut le document.

© FOMEKA.NET




 
      Identification
Surnom/Pseudo

Mot de Passe

Vous n'avez pas encore de compte?
Enregistrez vous !
En tant que membre enregistré, vous bénéficierez de privilèges tels que: changer le thème de l'interface, modifier la disposition des commentaires, signer vos interventions, ...

     Liens connexes
· Plus à propos de Infos Politiques
· Nouvelles transmises par congordc


L'article le plus lu à propos de Infos Politiques:
Why Foreign Invaders Can’t Help Congo


     Article Rating
Average Score: 0
Votes: 0

Please take a second and vote for this article:

Excellent
Very Good
Good
Regular
Bad



     Options

 Format imprimable  Format imprimable

 Envoyer cet article à un(e) ami(e)  Envoyer cet article à un(e) ami(e)


"Login" | Connexion/Créer un compte | 1 commentaire | Search Discussion
Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus !

Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer

Re: NORD-KIVU:SITUATION DRAMATIQUE A MANGUREDJIPA ET BIAMBWE (Score: 1)
par mutute le 09 August 2004 à 10:32:17 CEST
(Profil Utilisateur | Envoyer un message)
J'ai lu avec interêt le drame dans la zone de Manguredjipa et Biambwe. La
recommandation selon laquelle nous devons aider pour la sensibilisation des
autorites militaires et maimai est une peine presque perdue. Il faut plutot
comprendre que cette situation est une illustration d'un disfonctionnement des
structures de l'Etat en commencant par les structures du Gouvernement de
transition. A mon avis, la pression doit plutot être plus orientée sur les
decideurs de Kinshasa.



Quant en ce qui concerne les interventions de la Monuc, je crois que la plupart
d'Officiers de la Monuc ne sont pas tres engagés pour retablir la paix dans
cette contree. Il y a un moment où le siege de la Monuc a menacé de fermer ses
bureaux à Butembo car depuis deux ans, la Monuc n'etait capable de recuperer ni
maimai ni Interahamwe ni Nalu de la brousse pour y assurer la pacification de la
Region. Nous nous sommes deployés dans cette zone sans aucune assistance ni du
gouvernement qui nous y a envoyé ni de la Monuc qui detient les fonds pour cette
operation. Le refus de la Monuc de liberer les fonds pourtant disponibles pour
nous appuyer demontre que ces gens travaillent plus pour preserver leurs jobs
que pour retablir la paix.

Chose grave, nous avons surpris les elements de la Monuc en train de
destabiliser notre campagne de sensibilistation des groupes armés soit par une
contre campagne de decouragement de ces groupes soit par des actions d'attaques
refoulant ainsi en profondeur de la brousse les quelques membres de ces groupes
qui acceptaient de sortir pour nous rencontrer et s'appreter à sortir.



La solution plutot durable serait de bien comprendre la motivation réelle de la
reticence de ces groupes contre la reintegration dans l'armée ou dans la societe
civile. En tout cas, pour la plupart des groupes armés rencontrés(Ex FAZ,
Kasindiens, Ngilima, ...), le mauvais paiement des mlitaires et la nostalgie à
l'enrichissement facile sont parmi les causes de la resistance de ces
compatriotes. Les Nalu sont entetés par certains réseaux qui s'organisent pour
briguer le pouvoir en Ouganda par tous les moyens. La faiblesse du Gouvernement
de la RDC fait que ces derniers continuent à utiliser notre territoire comme
leur base arrière alors que ce sont des forces à chasser tout simplement par
tous les moyens possibles. Les Interahamwes sont prêts à sortir mais ils n'ont
aucune garantie de la disponiblite de leur pays de les recevoir pacifiquement.
Ils n'ont personne qui arrive à leur prouver que leur gouvernement en place est
pret à les recevoir. Le double language et meme le comportement de certains
elements de la Monuc, visiblement dans la guerre de Bukavu, ne les rassurent pas
de l'impartialite de cette organisation vis-a-vis du pouvoir de Kigali.

J'ai rencontré un haut responsable de la Monuc à qui je transmettais ces
inquietudes, il n'a fait mieux que de s'exclamer que malheureusement le
President Rwandais est loin d'accepter le retour de ces gens!

Voila comment la RDC est victime de ce cas.



Finalement, une des choses à faire est de créer l'emploi bien rémunerateur pour
recruter les elements des groupes armés locaux. Il faut trouver un financement
important pour les travaux des routes de desserte agricole de la region et
privilegier le recrutement de ces elements comme travailleurs. Je suis certain
que ce travail, sous bassement de la sensibilisation, va permetre la sortie de
tous ces jeunes chomeurs desesperés qui se cabrent en brousse.

Mais aussi, les groupes armés etrangers se sentiront isolés et ne trouveront
autre voie que de se rendre.

Petit a petit, on peut aboutir à un resultat palpable.

Je l

Lire le reste du commentaire...






All logos and trademarks in this site are property of their respective owner. The comments are property of their posters, all the rest © 2002 by me.
You can syndicate our news using the file backend.php or ultramode.txt
Web site engine code is Copyright © 2003 by PHP-Nuke. All Rights Reserved. PHP-Nuke is Free Software released under the GNU/GPL license.
_PAGEGENERATION 0.228 _SECONDS